Play

Presse

American Record Guide (USA) - Juillet/Août 2018

Sang Woo Kang

"Berlinskaya est à son meilleur, avec un jeu vibrant, spontané et enchanteur."

Fanfare (USA) - Juillet 2018

Myron Silberstein

"Berlinskaya a une forte personnalité musicale, soutenue par une technique capable d'exécuter tous les choix expressifs qu'elle désire et par une maturité artistique qui polit ses audacieux instincts musicaux. (...) C'est une véritable personnalité pianistique: techniquement superbe, artistiquement mature, toujours expressive et subtilement unique. J'ai hâte de me familiariser plus avec son travail. (...) Hautement recommandé."

RESMUSICA (FRANCE) - JUIN 2018

Benedict Hevry

« la dixième sonate de Nikolaï Medtner, qui connaît ici une interprétation somptueuse (...) un Ravel d’une conception très originale, imaginé loin des standards et clichés « français » superficiels et un peu éculés (...) le parcours des Kreisleiriana, tour à tour emportés sans précipitation ou méditatifs sans mièvrerie, nous aura semblé rarement aussi narratif, elliptique et justement tortueux à la fois dans son labyrinthe psychologique et musical : l’interprète semble, plus encore ici, prendre l’auditeur par la main et le guider d’étape en étape dans un voyage intérieur aux multiples entrelacs, pour un périple méditatif ou douloureux dont personne ne sortira indemne. Pour cette vision à l’inquiétante étrangeté (pour citer Freud à propos des Contes d’Hoffmann), ce merveilleux récital mérite à lui seul d’être acquis, et permettra à bien des mélomanes de découvrir une pianiste éminente et attachante, qui par son destin musical et ses paris esthétiques a réussi – et comment ! – à se faire un prénom. »

FONOFORUM (ALLEMAGNE) - MAI 2018

Ingo Harden

« une interprétation maîtrisée qui allie de façon impressionnante improvisation pertinente avec précision, force avec modestie. Le jeu de Ludmila Berlinskaya nous convainc dès les premières mesures de Beethoven par l’adaptation fine de l’événement musical qui confère à son jeu un caractère unique : sérieux, clair, sans flou aucun, parfaitement respectueux du texte tout en l’interprétant délicatement avec beaucoup d’imagination. (...) Elle a également réussi à jouer sans la moindre faiblesse artistique la sonate de Medtner, titre de l’album, et l’Opus 16 de Schumann ; (...) les « Valses nobles et sentimentales » de Ravel, sont particulièrement saisissantes pour moi personnellement : Ludmila Berlinskaya les présente sans ce mélange habituel d’entrain affirmé et de sentiment. Ainsi elle parvient à faire ressortir d’autant plus nettement leur perfection harmonieuse et artistique. C’est décidément une grande maîtrise de l’interprétation aux effets durables »

MAGAZIN KLASSIK (ALLEMAGNE) - AVRIL 2018

Manuel Stangorra

« "Envoûtant", "Enchantement", "Grisant", « Ludmila Berlinskaya triomphe sur le plan technique, ses délicates retouches dynamiques suscitent également l’enthousiasme (…) L’interprétation grandiose est visiblement le résultat d'une étude approfondie de l'oeuvre diabolique » »

CONCERTONET.COM - MARS 2018

Christian Lorandin

« La palette sonore et le toucher de Ludmila Berlinskaya, sachant passer de la précision classique de Beethoven aux sons capiteux de Medtner ou Schumann, nous éclairant, pour terminer, avec les richesses cristallines de Ravel, sont un véritable exercice stylistique. »

MUSIKZEN - MARS 2018

François Lafon

« Son jeu est à l’avenant : contrasté, nostalgique, engagé jusqu’à l’hallucination. (...) En ces temps de bien-pensance (y compris musicale), une réminiscence plus que bienvenue des grands interprètes visionnaires. »

GAZETA KULTURA (RUSSIE) - FEVRIER 2018

Denis Bocharov

« l'une des meilleure pianistes de notre époque (...) virtuosité, authenticité, sincérité et naturel artistique sont parmi les composants majeurs de son succès. »

RADIO VINCI AUTOROUTE - FEVRIER 2018

Tempo 110

Ludmila Berlinskaya est interviewée par Charlotte Latour

ARTAMAG (FRANCE) - FEVRIER 2018

Jean-Charles Hoffelé

« La grâce. (...) Ludmila Berlinskaya choisit selon son cœur, ses doigts se fondent dans les discours si singuliers de Beethoven, de Schumann, de Ravel, de Medtner, trouvant pourtant à chaque fois de quoi rendre si émouvant son art subtil et élégant. »

FRANCE MUSIQUE - FEVRIER 2018

Musique Matin

Ludmila Berlinskaya est invitée par Clément Rochefort pour parler de Reminiscenza

CLASSICAGENDA - JANVIER 2018

Portée de voix

Ludmila Berlinskaya raconte son album Reminiscenza à Frédéric Hutman

LE MONDE (FRANCE) - JANVIER 2018

Pierre Gervasoni

« Ludmila Berlinskaya affiche une hauteur de vue exceptionnelle dans ce programme aux allures de variations à grande échelle qui élargit la perception des œuvres tout en respectant le style de chaque compositeur. La pianiste russe débute son récital avec l’autorité qu’il faut pour imposer la singularité beethovénienne sans en altérer le mystère et la fantaisie. Avec Nikolaï Medtner (1879-1951), l’exploration tentaculaire est encore de mise ; cette fois, dans le domaine du souvenir, brûlant et caressant comme le flot schumannien qui suit. Après trois averses orageuses (de notes), un arc-en-ciel (de timbres) non moins spectaculaire (quels doigts !) signé Ravel pour conclure ce disque en tous points lumineux. »

CLASSIQUENEWS - JANVIER 2018

Hugo Papbst

« Le formidable jeu, nuancé, libre, parsemé d’éclairs et nourri dans le tissu des songes les plus fraternels invoque ici un voyage des plus personnels et des mieux ciselés. »

RADIO NOTRE-DAME - JANVIER 2018

Signature Musicale

Claire de Castellane invite Ludmila Berlinskaya

MEDIAPART (FRANCE) - JANVIER 2018

Frédérick Casadesus

« En écoutant ce disque magnifique, un mélomane a le droit d'inventer un monde meilleur, d'y croire au moins. Beethoven, Schumann, et Ravel? un bal d'excellence. (…) Berlinskaya? La rivière aux reflets de diamant. »

CLASSICA (FRANCE) - JANVIER 2018

Aurélie Moreau

« Confession à cœur ouvert. 
Avec des œuvres qui ont joué un rôle important dans sa vie, Ludmila Berlinskaya nous plonge dans l'émotion la plus pure (…) le plus beau des discours reste celui du piano de Ludmila Berlinskaya : un pur enchantement »