Ludmila Berlinskaïa joue Scriabine

La semaine dernière avaient lieu à Moscou une conférence de presse pour la présentation de cet album, et un récital de Ludmila Berlinskaïa le lendemain.

Au cours de la conférence de presse, la directrice exécutive de Melodia a exprimé son amour pour cet enregistrement, en précisant qu’il s’agissait de son préféré parmi les nouveautés du label cette année, et que le premier tirage du disque était déjà entièrement pré-commandé dans le monde avant même la sortie officielle !

Le concert donné par Ludmila avait lieu au Musée-Appartement Sviatoslav Richter, qui dépend depuis quelques temps du musée Pouchkine, et qui possède sa propre saison de concerts. Ludmila faisait l’ouverture d’une saison 2015/2016 au cours de laquelle les mélomanes pourront également entendre Elisabeth Leonskaja ou Vadim Kholodenko cet automne.

Ce concert a inspiré à une journaliste respectée de Moscou, Irina Shymchak, le commentaire suivant :

"C'est un cadeau inestimable qu'a reçu le public mélomane de Moscou en ce samedi soir. Ludmila Berlinskaïa, qui régale trop rarement le public moscovite de récitals en soliste, a présenté entre les murs de l'appartement-mémorial de Richter un programme étonnant dédié à Scriabine, en présentation de son disque «Scriabine», réalisé par le label «Melodia». La sélection des oeuvres qui figurent au disque et qui furent donc jouées ce soir-là est très particulière, très personnelle et passionnante. Grâce à Ludmila et à son immersion profonde, pleine d'amour, dans l'oeuvre de Scriabine, grâce au lien phénoménal qu'elle entretient avec ce compositeur, la maison de Richter s'est emplie d'une atmosphère si inhabituelle, l'atmosphère de l'univers de Scriabine, que par moments j'oubliai où j'étais, qui j'étais et dans quel monde je me trouvais. Et Julia De Clerk, avec son érudition étonnante, son doux sourire, ses merveilleux commentaires et ses citations de poètes contemporains de Scriabine – non non, pas Pasternak, nous l'avons écouté en tant que compositeur ce soir-là, et non poète (nous avons entendu deux de ses Préludes dont j'ai appris l'existence grâce à Ludmila Berlinskaïa), Julia de Clerk, donc, a érigé un arc entre le monde Scriabine et le nôtre... La soirée s'est avérée magnifique ! Merci à Ludmila, à Julia et à chaque personne qui a participé à la genèse de ce miracle."